L’étiquetage des produits alimentaires : problème de lecture mondial

Cela faisait un certain temps que je me disais qu’il fallait parler de l’étiquetage des produits alimentaires, mais aujourd’hui, je ne ferai qu’un constat. Ce constat me semble intéressant, et il fait suite à une étude américaine très récente. Je ferai ensuite une petite conclusion personnelle.

Le constat sur l’étiquetage des produits alimentaires

Dans cette étude menée dans 56 pays différents, il apparaît qu’une bonne majorité des consommateurs (59%) reconnaissent qu’ils sont incapables de déchiffrer les informations qu’on trouve sur l’étiquetage des produits alimentaires.

Plus de la moitié des personnes interrogées (elles étaient 25000 à participer à l’enquête…) disaient qu’elles étaient en surpoids et 78% cherchaient à perdre du poids en modifiant leur mode d’alimentation.

L'étiquetage des produits alimentaire : problème de lecture mondial

En France, seulement 1 consommateur sur 3 dit qu'il comprend bien l'étiquetage des produits alimentaires

En voyant ces chiffres, on se dit qu’on est devant un problème immense

Les lieux où l’étiquetage des produits alimentaires est le plus mal compris

Selon les résultats obtenus par cette enquête, c’est en Amérique du Nord que l’étiquetage des produits alimentaires est le mieux compris. Les résultats ne sont pas fantastiques pour autant puisqu’il n’y a que 58% des Américains qui comprennent « la plupart » des informations lisibles sur les étiquettes. Au Canada, ce chiffre est de 49%.

C’est en Chine que la compréhension de l’étiquetage des produits alimentaires est la plus basse. D’autres pays de la zone Asie-Pacifique (comme l’Inde, l’Australie et la Nouvelle-Zélande) permettent heureusement de relever ce taux de compréhension à 31%, ce qui est le plus mauvais résultat de l’enquête.

Mais venons-en à notre bonne vieille Europe. La compréhension de l’étiquetage des produits alimentaires n’y est pas répartie de manière homogène.

C’est ainsi que le Portugal y recueille le taux de compréhension le plus élevé au monde (60%), alors que seulement 31% des Français pensent comprendre toutes les informations de ces étiquettes.

C’est étonnant et très intéressant à la fois parce que cela veut dire qu’il y a peut-être certaines choses à clarifier dans ce domaine…

L’étiquetage des produits alimentaires est-il fiable ?

En Amérique Latine, 22% seulement accordent leur confiance aux informations disponibles sur les emballages des produits. Et pourtant, c’est là le meilleur score qui ait été recensé. La moyenne des autres pays du monde est à 19%.

Il y a donc une énorme partie des consommateurs qui se méfient de ces informations. Il y a même certaines affirmations dont ils se méfient tout particulièrement, comme par exemple « 100% naturel » ou « pauvre en matières grasses »…

L’attention portée à l’étiquetage des produits alimentaires

Encore une dernière information intéressante : il ressort de cette étude que les consommateurs affirment porter une attention plus grande aux étiquettes que celle qu’ils accordent réellement.

Il y a donc un fossé entre ce que les consommateurs perçoivent de leur comportement et la réalité de leur comportement. Techniquement, cela a pu être observé grâce à un capteur de mouvement optique, qui suit le mouvement des yeux…

Intéressant, n’est-ce pas ? Je pense que ce genre de décalage qui peut exister entre la réalité et la perception subjective des individus ne se produit pas seulement dans ce genre d’enquête.

Conclusion

Cet article rapide et relativement court attire mon attention sur 3 points :

1/ C’est dans les pays où l’on pense bien comprendre les informations sur l’étiquetage des produits alimentaires qu’on dénombre en moyenne le plus de cas d’obésité.

2/ La confiance du consommateur vis-à-vis de cet étiquetage est vraiment très petite. Que faut-il y voir ?

3/ Comme en matière de perte de poids, ce qui est vécu subjectivement n’est pas nécessairement conforme à la réalité des choses.

-> Et vous ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Faites-vous partie de ces 69% de Français qui ne comprennent pas bien ce qu’ils lisent sur les étiquettes des produits alimentaires ?

Les 5 articles les plus lus :

>> Manger le soir fait grossir : info ou intox ?

>> La fausse vérité des Yaourts 0% de matière grasse

>> Comment éliminer naturellement les hormones responsables de votre poids ?

>> Comment perdre votre goût pour les aliments sucrés

>> Les 9 conseils pour perdre du poids en réduisant la rétention d'eau

A propos de l'auteur Didier Henry

De formation "juridico-économique", j'ai grandi dans une famille de médecins et je suis aujourd'hui graphiste. Un parcours santé inhabituel m'a donné l'idée de créer ce blog.Mon "credo" : c'est en apprenant et en comprenant comment fonctionne son corps qu'on parvient à maîtriser ses éventuelles insuffisances. Et c'est en appliquant ce qu'on a appris qu'on se libère de "nos petits malheurs" ;-)

Suivez-moi sur:

Donnez votre avis dans les commentaires :

4 commentaires
Rémi dit

Les étiquettes ne sont pas toujours simples à comprendre. Il y a des pièges et puis parfois les informations recherchées ne sont pas faciles à trouver sur l’étiquette.

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Rémi,

    Effectivement, voici un exemple de piège déjà observé : une friandise dont on dit en grandes pompes qu’elle contient des édulcorants et non du sucre. Ce qui est censé faire comprendre au consommateur que cela n’a pas d’effet sur le poids. Sauf que si on regarde l’étiquette, on remarque qu’il y 97g de glucides pour 100g de produit. Ces glucides ont certainement un indice glycémique élevé, ce qui veut dire que ces friandises ont bel et bien un effet sur la constitution de graisse dans le corps…

    Conclusion : il faut lire les étiquettes avec un regard critique, et débusquer les messages faussement rassurants…

    A bientôt !

    Répondre
Bernadette GILBERT dit

J’ai fait longtemps partie de ceux qui ne comprenaient pas grand chose à l’étiquetage et puis j’ai décidé de m’y intéresser. Depuis, je me sens un peu moins ignorante, mais je constate qu’il y a encore tellement de produits dont je ne connais pas la toxicité… L’étiquetage des additifs alimentaires codifiés (ex : E440) nous perd vraiment et c’est difficile d’acheter en conscience. Ceci me conforte dans l’idée qu’il vaut mieux acheter le moins possible de produits industriels et qu’il vaut mieux mettre la main à la pâte en transformant les aliments nous-mêmes !

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Bernadette,

    Les additifs alimentaires, on s’en doute bien, ne sont probablement pas excellents pour la santé. Ce sont des conservateurs, des colorants, des acidifiants, etc. qui, si je ne m’abuse, ne se trouvent pas dans des aliments “naturels”… Aussi, j’approuve entièrement ton réflexe qui consiste à “transformer toi-même” ton alimentation. Rien de plus rassurant, en effet 😉

    Répondre
Ajoutez votre réponse