Comment vivre votre surpoids plus sereinement ?

Sérénité et surpoids : un équilibre à aimer…

Cet article participe au festival « à la croisée des blogs » organisé ce mois-ci par Sébastien du blog « vers une vie sereine ». Le thème de ce festival, que je développe dans cet article est : « Comment vivre plus sereinement au quotidien ? »

Le surpoids, c’est une partie de soi qu’on ne veut plus voir… Cette « chose » que vous considérez comme ne faisant pas partie de vous. Cette excroissance qui est venue se greffer sur votre corps et que vous détestez au point d’être prêt à tout pour vous en débarrasser : prendre des « pilules amincissantes », essayer régime après régime, sacrifier votre santé

Pourtant, ne serait-il pas plus agréable de rester serein lorsque vous êtes accablé par ce surpoids ? Si votre surpoids vous rend stressé(e) ou moins sûr(e) de vous-même, ne croyez-vous pas qu’en subissant ce fardeau, vous réduisez encore vos chances de perdre du poids ?

Avant même de tenter quoi que ce soit pour vous libérer de ce surpoids, je vous invite à vous poser la question : « est-ce que je suis dans le bon état d’esprit pour perdre du poids ? »

Il faut bien regarder la réalité en face : si vous vous dites que vous devez perdre 10 kilos pour pouvoir entrer dans votre robe préférée pour le mariage de votre frère chéri qui aura lieu dans 2 mois, vous risquez de faire de l’excès de zèle qui ne sera bon ni pour votre moral, ni pour votre santé, ni -surtout- pour votre poids.

Ce que je veux dire par là, c’est que vous ne pouvez pas considérer votre corps comme un objet que vous pouvez traiter n’importe comment. Vous risqueriez de subir un retour de manivelle encore plus désagréable que les quelques kilos dont vous vouliez vous débarrasser.

Au contraire, au lieu de faire cette séparation très nette entre votre esprit (vos aspirations de « corps parfait », sans un gramme de graisse superflue) et votre corps, rappelez-vous que votre esprit fait partie de votre corps et que vous ne pourrez changer ni l’un, ni l’autre : il faudra composer avec ce que vous avez.

En fait, la première chose dont vous devriez être convaincu pour bien perdre du poids, c’est qu’il vous est indispensable d’AIMER votre corps.

Si vous aimez votre corps, vous le soignerez.
Si vous aimez votre corps, vous n’en aurez pas honte.
Si vous aimez votre corps, vous serez attentif à ne lui donner que le meilleur.
Si vous aimez votre corps, vous aurez à nouveau confiance en vous.
Si vous aimez votre corps, votre corps vous le rendra un jour, au centuple.

L’histoire incroyable de la femme qui n’aimait pas son corps

Permettez-moi de vous raconter l’histoire, inspirée de faits réels, d’une jeune fille que je nommerai pour l’occasion « Elise ».

Elise ressemblait à beaucoup de femmes d’aujourd’hui. On aurait volontiers dit d’elle qu’elle n’était « ni belle ni moche ». En tout cas, les traits de son visage n’étaient pas du tout repoussants. Sans être extraordinaires non plus… A tel point que les seuls rares moments où l’on pouvait lui trouver un vrai charme coïncidaient avec ceux où elle souriait de bon cœur. Le reste du temps, elle était plutôt anxieuse.

Si Elise ne souriait que très rarement, c’est surtout parce qu’elle n’aimait pas voir son propre reflet dans le miroir. Elle avait une très basse estime d’elle-même, elle était très loin d’avoir confiance en elle, et, à vrai dire, elle ne s’en rendait pas compte, mais elle ne s’aimait pas beaucoup…

Il est vrai qu’elle était un peu enveloppée. Un peu beaucoup, même. Elle rêvait d’être autrement : avec de belles et longues jambes minces, moins bouffie du visage, avec des bras plus aériens, etc.

Hélas, trois fois hélas, avec son corps pataud, elle se sentait à des années-lumière de cet idéal qu’elle avait à l’esprit et qui lui venait d’on-ne-sait-où…

Un jour de printemps, Elise passa tout l’après-midi en compagnie d’une fille qu’elle admirait beaucoup et qui avait une énorme qualité : elle était extrêmement sympathique et ne s’arrêtait pas aux apparences extérieures pour « juger » une personne. Elise appréciait sa compagnie.

Toutes les deux avaient la vingtaine et avaient décidé de passer ce moment ensemble pour étoffer leur garde-robe. C’est au cours de cette journée-clé qu’Elise perça le secret de son amie. Bien que coquette, celle-ci n’avait pas la silhouette d’un mannequin, mais elle aimait « décorer » son corps et le mettre en valeur, en jouant avec les vêtements et leurs couleurs, avec les chaussures, avec les boucles d’oreilles et les maquillages.

Prise au jeu, Elise suivit l’exemple de sa camarade et essaya des vêtements et des accessoires auxquels elle n’était pas du tout habituée. Guidée dans ses choix par son amie et enthousiasmée par son entrain, Elise pris conscience soudainement qu’elle avait du plaisir à se regarder dans le miroir.

Depuis ce jour, elle ne se sentit plus jamais comme une personne sans grande valeur. Elle avait fini par aimer son reflet et voyait au-delà de ses formes un peu disgracieuses. Elle se sentait beaucoup plus « dans » son corps. Elle percevait les sensations de son corps d’une manière nouvelle.

Au point qu’un jour, elle sentit qu’elle avait envie de « bouger ». Pour assouvir ce besoin de mouvement, elle se mit à courir régulièrement. Elle se sentait extrêmement bien après une séance de jogging.

Là où elle allait courir, dans un grand parc, elle croisait d’autres coureurs, de toutes les tailles et de tous les âges. Elle ne le savait pas encore, mais c’était au cours d’une de ses séances de sport qu’elle allait rencontrer pour la première fois son futur conjoint.

C’est lui qui était venu vers elle en premier. Elise ne s’était doutée de rien, elle qui n’était pas habituée à ce qu’un homme s’intéresse à elle. Surtout qu’il était plutôt bel homme.

Leurs conversations étaient banales au début, mais elles étaient devenues bien vite captivantes pour tous les deux. De fil en aiguille, les deux complices s’étaient revus dans d’autres circonstances. Après quelques mois, ils décidèrent de se marier.

Le plus important pour vous dans cette histoire, c’est de savoir qu’Elise n’avait plus aucun problème de poids après son mariage.

Et puisqu’il s’agit d’une histoire vraie, je peux vous dire aussi qu’Elise est toujours mariée et qu’elle a gardé sa silhouette idéale pendant la vingtaine d’années qui a suivi son mariage, malgré les 3 enfants qu’elle a eus.

Conclusion

La conclusion s’impose d’elle-même. Je la résume en une phrase :

« En aimant votre corps,  vous pouvez retrouver votre sérénité, changer le cours de votre existence, et même trouver l’amour de votre vie (et au passage perdre vos kilos superflus) »

En changeant le regard que vous portez sur vous-même, vous pouvez relativiser vos doutes, vos peurs et vos inquiétudes. La plupart du temps, toutes ces peurs ne sont qu’une illusion. Vous valez bien plus que vous ne l’imaginez.

Comme Elise,  prenez conscience de votre valeur et exploitez vos qualités cachées. Soyez positif et serein avec vous-même et vous attirerez les meilleures choses dans votre vie. Dans le meilleur des cas, vous n’aurez même plus à vous préoccuper de votre surpoids.

Que pensez-vous de cette approche pour amadouer votre surpoids ?

Les 5 articles les plus lus :

>> Manger le soir fait grossir : info ou intox ?

>> La fausse vérité des Yaourts 0% de matière grasse

>> Comment éliminer naturellement les hormones responsables de votre poids ?

>> Comment perdre votre goût pour les aliments sucrés

>> Les 9 conseils pour perdre du poids en réduisant la rétention d'eau

A propos de l'auteur Didier Henry

De formation "juridico-économique", j'ai grandi dans une famille de médecins et je suis aujourd'hui graphiste. Un parcours santé inhabituel m'a donné l'idée de créer ce blog.Mon "credo" : c'est en apprenant et en comprenant comment fonctionne son corps qu'on parvient à maîtriser ses éventuelles insuffisances. Et c'est en appliquant ce qu'on a appris qu'on se libère de "nos petits malheurs" ;-)

Suivez-moi sur:

Donnez votre avis dans les commentaires :

5 commentaires
Christian de Destresse Marketing dit

Salut Didier,

Moi, j’avoue, physiquement, je n’apprécie pas trop ma prise de poids.

Surtout quand en plus on se prend des “comme tu as grossi” plein la tronche!

Mais le problème est différent pour moi puisque la question n’est pas de savoir si je m’aime ou si je ne m’aime pas, je DOIS perdre du poids sur ordre de “la faculté”.

Et justement, une de mes motivations est de me dire que ça va peut-être s’arranger un peu physiquement (et que je puisse rentrer dans mes anciens vêtements, économie oblige…mais c’est un autre débat).

@+
Christian.

Répondre
    Didier Henry dit

    Salut Christian,

    Donc, si je comprends bien, tu fais une différence entre le fait de VOULOIR perde du poids et le fait de DEVOIR perdre du poids… Si ça se trouve, tu n’as même pas envie de perdre du poids ?

    Pour toi, la première étape serait donc de vouloir… Comme tu dis, il faut trouver des motivations.

    Tu n’as pas dans ton entourage quelqu’un qui pourrait te servir de coach ? Quelqu’un qui te dirait “Wow, tu as rajeuni de 5 kilos” pour encourager tes efforts 😉
    Enfin bref, tu comprends l’idée.

    A bientôt,

    Didier

    Répondre
Luc mister-no-stress dit

Bonjour Didier,
Super intéressant ton article, surtout l’histoire d’Elise.
Je reçoit régulièrement au cabinet des femmes qui veulent perdre du poids.
Mais très souvent, quand je les ai aidé à se sentir bien avec elle-mêmes et à s’aimer, leur poids devient secondaire.
Et le plus drôle, c’est que souvent, elles perdent un peu de poids ensuite sans même le chercher…
Prends soin de toi
Luc Mister No Stress

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Luc,

    Effectivement, le poids est parfois tout simplement l’expression physique d’un malaise intérieur. Dans ces cas-là, le fait de se focaliser sur son poids n’arrangera pas réellement le problème de la personne. Le “vrai problème” est ailleurs.

    A très bientôt !

    Didier

    Répondre
David Meneck dit

Bonjour Didier,

Très captivante cette histoire!

Le plus efficace et sûre pour perdre du poids (des graisses en l’occurrence) c’est justement de ne pas focaliser sur elles mais de cultiver notre plaisir et notre santé.

Répondre
Ajoutez votre réponse