Comment choisir ses aliments pour augmenter son métabolisme

Petite mise au point

Avec un titre comme celui-là, je suis presque persuadé que la plupart des lecteurs de cet article vont penser que je vais parler des méthodes « mécaniques » qui permettent d’augmenter le métabolisme. Par « mécanique », j’entends les méthodes qui visent à augmenter la masse musculaire et donc à augmenter la consommation de calories.

Eh bien, non ! Je ne vais pas faire l’apologie de la musculation… En tout cas, pas aujourd’hui 😉

D’ailleurs, la musculation n’augmente pas le métabolisme proprement dit, il augmente les besoins en énergie. C’est différent. Ce que je vous propose dans cet article, c’est de voir ensemble comment on peut modifier notre « moteur interne » pour qu’il puisse mieux brûler l’énergie dont il dispose grâce à notre alimentation.

Pour comparer à quelque chose que tout le monde connait : c’est comme si je proposais de remplacer le moteur d’une voiture par un autre moteur qui brûle mieux l’essence (de manière à en retirer le maximum d’énergie et à laisser le moins de déchets possible), et qui a donc plus d’énergie et de puissance.

Augmenter son métabolisme = optimiser le moteur 😉

Tout comme on a fait des progrès énormes pour augmenter la rentabilité des moteurs de voiture, il est donc possible d’augmenter son métabolisme en optimisant la rentabilité énergétique des glucides qu’on lui fournit en guise de carburant…

Pour mieux comprendre tout ça, voici une petite explication portant sur le « cycle de l’énergie » dans notre corps :

Comme vous le savez, tout notre corps est constitué de cellules. Les cellules de la peau, du cerveau, des os, des muscles, des artères, etc. Toutes ces cellules sont organisées en une sorte de gigantesque usine (notre corps), divisée en plusieurs départements : département de la digestion (système digestif), département réflexion (cerveau), département motricité, etc.

Pour fonctionner convenablement, tous ces départements ont besoin d’énergie. Leur apport en énergie est assuré par le sang, qui contient le glucose issu des aliments contenant des glucides.

Chacune de ces cellules (de chacun des départements de cette grande usine) contient elle-même une usine à énergie, appelée les « mitochondries », qui ont pour mission de transformer le glucose en un autre produit chimique : l’acide pyruvique. A noter que si, au cours de cette transformation, la cellule manque d’oxygène, elle produira de l’acide lactique, bien connu des sportifs, qui est à l’origine des courbatures qui apparaissent après un effort trop intense…

Par la suite, l’acide pyruvique est transformé en « acétyl coenzyme A » (=AcoA, excusez-moi de vous ennuyer avec ces noms barbares…). Cet « AcoA » entre ensuite dans une succession de réactions chimiques connues sous le vocable de « cycle de Krebs ». Au cours de ce cycle, les molécules d’hydrogène sont isolées et mises en contact avec l’oxygène, et (boum !) de l’énergie est libérée -un peu comme dans un moteur à explosion 😉
Je mets un smiley, mais en fait c’est très sérieux.

Après cette mise en contact explosive entre l’hydrogène et l’oxygène, il y a quelques déchets qui sont produits : le dioxyde de carbone que nous expulsons en expirant, l’eau qui s’évacue par l’urine, et la chaleur. Un peu comme lorsqu’on fait un feu. Là, les déchets sont : les cendres, le dioxyde carbone qui se dilue dans l’air ambiant, et la chaleur.

C’est aussi ce qui explique que lorsqu’on fait un effort physique (=on fait travailler les cellules), on « chauffe ». On respire davantage pour amener de l’oxygène aux cellules, et on expire le dioxyde de carbone produit. Et, par la même occasion, on transpire, ce qui a aussi le grand avantage de rafraîchir le corps 😉

Au cours de tout ce cycle énergétique, je ne vous ai pas encore dit comment on pouvait augmenter son métabolisme, ni quels étaient les ingrédients indispensables au bon fonctionnement de cette belle mécanique. Voyons ça tout de suite :

Schéma du processus de fabrication d'énergie

A tous les niveaux du processus de création d'énergie, le corps a besoin de vitamines et minéraux essentiels pour augmenter son métabolisme

Des vitamines et des minéraux pour augmenter son métabolisme

Toute cette usine que je viens de vous décrire ne fonctionnerait qu’à 50% si les rouages de sa mécanique n’étaient pas aidées par des substances très utiles.

Les réactions chimiques à l’intérieur des cellules sont en effet contrôlées par des enzymes très soucieuses de leur travail. Mais elles sont elles-mêmes dépendantes de 9 vitamines et 6 minéraux !

Sans ces vitamines et minéraux indispensables au bon déroulement de la production d’énergie, les mitochondries ne fonctionneraient plus normalement. Vous aurez donc une baisse de tonus, un manque d’énergie, ou une humeur en dents de scie. Plus grave encore, si le corps ne parvient pas à transformer facilement le glucose du sang en énergie, il le transformera en graisse.

Conclusion : pour maîtriser le stockage de graisse, il est important d’avoir suffisamment de vitamines et de minéraux dans le corps, de manière à produire un maximum d’énergie qui ne pourra, de ce fait, plus se transformer en graisse.

Les vitamines brûle graisse

Ce sont les vitamines du groupe B qui sont les plus importantes. C’est un groupe de vitamines qui contient plus de 8 substances différentes, qui sont toutes fondamentales pour créer de l’énergie.

Sans les vitamines B1 et B3, le glucose présent dans le sang ne peut pas être transformé en acide pyruvique. Sans les vitamines B1, B2, B3, et B5, il est impossible de créer l’AcoA. De nouveau, sans les vitamines B1, B2 et B3, le cycle de Krebs ne peut pas avoir lieu. Sans les vitamines B6 et B12, et l’acide folique ou la biotine, le corps ne peut transformer ni les graisses ni les protéines en énergie.

Notre alimentation courante ne remplit généralement pas les besoins que nous avons en ces vitamines essentielles. Il semblerait par exemple qu’il n’y ait que 10% de la population qui ait une alimentation qui fournit l’apport journalier recommandé en vitamine B6 et en acide folique.

La grande difficulté avec les vitamines B, c’est qu’elles sont solubles et très sensibles à la chaleur. Ce qui veut dire que ces vitamines sont rapidement détruites si les aliments qui les contiennent sont cuits à l’eau bouillante. C’est une raison supplémentaire pour consommer des fruits frais et des légumes crus, qui contiennent des quantités intéressantes de vitamines B.

Mais vous en trouvez aussi dans les graines, les noix, les céréales complètes, la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers. Le seul problème, c’est que la quantité de vitamine B contenue dans ces aliments est réduite lors d’une cuisson ou d’un stockage de longue durée.

Les minéraux brûle graisse

Les minéraux intéressants pour augmenter le métabolisme sont le calcium, le magnésium, le chrome, le zinc et le fer.

Les plus importants sont probablement le calcium et le magnésium, qui ont un rôle essentiel dans la contraction et le relâchement des cellules musculaires. Un manque de magnésium peut par exemple engendrer des crampes, c’est-à-dire une incapacité des muscles à se décontracter. Le magnésium est par ailleurs indispensable pour plus de la moitié de nos enzymes, et pour la transformation des glucides en énergie.

Le zinc, lui, est nécessaire pour fabriquer des enzymes digestives, et intervient dans la fabrication de l’insuline qui régule l’indice glycémique.

Un autre minéral essentiel pour contrôler l’indice glycémique (et donc le poids) : le chrome. Il se trouve dans les aliments complets, les haricots, les noix et les graines. On en trouve particulièrement beaucoup dans les asperges et les champignons. Attention, on épuise ses réserves de chrome si on a un taux de glucose dans le sang très irrégulier (puisque le chrome agit de concert avec l’insuline pour réguler la glycémie).

D’après deux études américaines, le fait de prendre des compléments de chrome permet d’augmenter la masse musculaire et de brûler des graisses.

Conclusion

Comme vous l’avez déjà compris à travers d’autres billets que j’ai postés sur ce blog, il est essentiel de consommer des légumes « le plus cru possible » et des fruits frais en abondance. C’est la qualité de notre alimentation qui est la première responsable de nos carences.

Evitez comme la peste les farines, graisses et sucres raffinés. Ils sont complètement déminéralisés et sans vitamines. Le raffinage élimine 80% des nutriments que contient la nourriture.

Gardez aussi à l’esprit que les légumes d’aujourd’hui n’ont pas les mêmes valeurs nutritives que les légumes de nos grands-parents et arrière-grands-parents.

Pourquoi ? Parce que les plantes ne peuvent pas stocker de vitamines et de minéraux si elles sont dans un environnement qui ne le leur permet pas. Or, si on surexploite les sols pour maximiser la production, on les déminéralise également. Si on utilise des engrais qui empêchent les plantes d’absorber des minéraux comme le zinc, on obtient des plantes déminéralisées. Même chose avec la pollution qui créé des pluies acides.

Etant donné que la croissance des plantes n’est pas dépendante de ces minéraux, on a aujourd’hui de magnifiques légumes qui n’ont plus la valeur nutritive qu’ils avaient autrefois. Ce ne sont pas les agriculteurs qui vont reminéraliser les sols : ils n’y trouveraient aucun intérêt financier…

Par conséquent, même si on a une alimentation « équilibrée », il est tout à fait possible (en fonction de nos besoins, de nos activités, de notre santé, etc.) d’avoir des carences en certaines vitamines et certains minéraux.

Idéalement, il faudrait donc voir avec un nutritionniste quels sont les apports idéaux qui vous conviendraient. Nous sommes quasiment obligés de prendre des compléments alimentaires pour combler les défauts des aliments que nous mangeons…

Une autre manière de s’assurer une meilleure alimentation, c’est de prendre des aliments “bio” qui ont une meilleure teneur en vitamines et minéraux. C’est sans doute ça qui leur donne plus de goût 😉

 

Une remarque, une question, une réaction ? Notez-là ci-dessous Sourire

Les 5 articles les plus lus :

>> Manger le soir fait grossir : info ou intox ?

>> La fausse vérité des Yaourts 0% de matière grasse

>> Comment éliminer naturellement les hormones responsables de votre poids ?

>> Comment perdre votre goût pour les aliments sucrés

>> Les 9 conseils pour perdre du poids en réduisant la rétention d'eau

A propos de l'auteur Didier Henry

De formation "juridico-économique", j'ai grandi dans une famille de médecins et je suis aujourd'hui graphiste. Un parcours santé inhabituel m'a donné l'idée de créer ce blog.Mon "credo" : c'est en apprenant et en comprenant comment fonctionne son corps qu'on parvient à maîtriser ses éventuelles insuffisances. Et c'est en appliquant ce qu'on a appris qu'on se libère de "nos petits malheurs" ;-)

Suivez-moi sur:

Donnez votre avis dans les commentaires :

8 commentaires
Bernadette GILBERT dit

Et bien voilà qui plaide en faveur de ma tant aimée cuisine vivante ! Magnifique article, Didier, superbement documenté et, même si un peu ardu parfois, pas une minute ennuyeux ! On y comprend tellement mieux pourquoi il est important de remettre le bon sens au menu de notre alimentation quotidienne !!!
Est-ce le graphiste qui a produit ce très beau croquis de la transformation des glucides, lipides et protéines ??? Waw !

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Bernadette,

    Oui, c’est bien le graphiste qui a dessiné le petit schéma explicatif… Il le juge acceptable, mais pas “démentiel”. Il aurait pu faire mieux, mais comme il avait peu de temps, il l’a fait à la va-vite 😉

    Merci pour tes compliments. Je pense en effet que cet article est un peu trop ardu pour devenir un article populaire… Mais, il faut de tout pour faire un blog, n’est-ce pas ? Je trouvais le sujet tellement passionnant qu’il me semblait inévitable de le “fondre” dans un article consistant.

    A bientôt !

    P.S. : Tu as vu que tu es la meilleure commentatrice sur ce blog pour les deux derniers mois ? Toutes mes félicitations, et merci pour ta fidélité 🙂

    Répondre
Rémi dit

Merci pour cet article encore une fois très complet.
pour en revenir sur la partie qualité des légumes et plantes. Il est vrai que l’on ne peut comparer la qualité des plantes produites dans une vrai terre de jardin et celles cultivées sous serre, sans ou avec peu de terre. Rien à voir.

Répondre
farid dit

salut didier henry vraiment superbe explication de la façon dont le corps assimile notre alimentation et la transforme en énergie.je trouve que l’on ne consacre pas assez de temps a méditer sur notre alimentation qui est la clés de grand nombre de mal être,de maladie ect..le corps humains renferme encore tellement de secret qu’en n’ont apprend tout les jours alors encore merci.

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Farid,

    Merci pour ton commentaire !
    Comme tu dis, ce n’est pas vraiment à la mode de “méditer sur son alimentation”, bien que, il faut bien l’avouer, de plus en plus de gens font attention à ce qu’il mangent. Gageons que cette tendance annonce une prise de conscience de plus en plus grande de ce qu’est une “alimentation saine” !

    A bientôt

    Répondre
titi dit

bonjour avec des compliment alimentaire ca ne pose pas de probleme?

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour “Titi”,

    Merci pour ce premier commentaire et bienvenue sur ce blog.

    À mon avis, ta question n’est pas tout à fait complète. De quel complément alimentaire et de quel problème parles-tu ? J’avoue que je ne comprends pas bien ta question…

    Répondre
Googane dit

Bonjour auriez vous un complexe de vitamines et mineraux à conseiller svp… Merci bie’

Répondre
Ajoutez votre réponse