Comment perdre du poids avec plaisir

La même idée, mais avec un thème nouveau

Le logo des carnavals d'articles "santé"

Le plaisir est au centre de ce carnaval d'article...

Comme il y a un mois, le blog perdre du poids participe cette semaine à un carnaval d’articles qui tourne cette fois autour du thème du plaisir. Comme le mois passé, un ensemble d’articles sont proposés autour de ce thème par mes collègues blogueurs. Chacun aborde ce thème sous un angle personnel.

Cette fois-ci, ce carnaval d’articles est organisé par Philippe, du blog « Gourmet végétarien ». Voyez les autres articles des blogueurs participant à cette adresse :  http://www.gourmet-vegetarien.com/le-plaisir/

Le plaisir, c’est quoi ?

On peut répondre de manière très prosaïque en disant que le plaisir correspond à la stimulation de certaines zones du cerveau. Et là, on réduit le plaisir à un ensemble d’influx nerveux, des petites décharges électriques qui amusent le cerveau.

On pourrait aussi s’inspirer d’Epicure ou de l’hédonisme pour situer le plaisir dans une dimension plus philosophique.

Mais restons simples et pragmatiques. Le plaisir est avant tout une sensation agréable qui peut être provoquée par toutes sortes de choses. C’est une sensation que l’on recherche parce qu’elle nous rend heureux ou parce qu’on pense qu’elle nous rend heureux : il y a des plaisirs qui ne mènent nulle part.

Je prends un exemple extrême : un drogué éprouve un plaisir intense en consommant de la drogue, mais cela ne le rend pas heureux pour autant. Au contraire, il devient l’esclave de son plaisir.

Ce qui m’amène à dire que le plaisir pur n’existe pas. La vie est faite d’ambivalence : elle est faite de plaisirs et de déplaisirs.

  • Une suite d’actions déplaisantes peut préparer un moment très plaisant
  • Un plaisir intense et immédiat peut préparer un moment très désagréable

 

On peut perdre du poids en se faisant plaisir

Les plaisirs simples ne sont-ils pas les meilleurs ? Ni excessifs, ni ennuyeux : à la frontière des extrêmes...

Qui peut dire qu’il est toujours de bonne humeur, en pleine forme, et que la vie est un long enchaînement de plaisirs jamais entrecoupés de déplaisirs ? Qui ?

Après avoir posé ces quelques bases de réflexions, passons à la partie intéressante…

Le plaisir alimentaire, c’est quoi ?

Parler du plaisir sur un blog pour perdre du poids, c’est très intéressant parce qu’on touche à un des points clé qui peut expliquer une prise de poids anormale : je pense à la gourmandise.

Pas la gourmandise dans son sens actuel, qui est d’apprécier les bons petits plats. Je parle de la gourmandise en pensant à son sens premier, qui est de manger un excès de nourriture. On parlerait aujourd’hui de goinfrerie, même si le terme est, je trouve, un peu fort.

Qu’est-ce qui est à l’origine de la gourmandise ? Réponse : le plaisir de manger. Il s’agit d’un plaisir immédiat qui précède un déplaisir futur (difficulté de digestion, remords, prise de poids etc.)

Ce qui est à l’origine d’une prise de poids, c’est un excès de nourriture. Toujours (j’exclus les prises de poids suite à des dérèglements hormonaux et autres…). C’est donc la gourmandise la grande coupable, et à travers elle, le plaisir de manger.

Il est donc « dangereux » d’éprouver du plaisir en mangeant ? Oui, si ce plaisir est excessif !

Comment savoir si un plaisir est excessif ?

Comme dans beaucoup de choses, c’est une question d’équilibre… Voici les quelques points que j’ai recensés pour définir le caractère excessif d’un plaisir :

  • Plus un plaisir est immédiat, plus il risque de devenir excessif. La nourriture, la drogue, le tabac, l’alcool, mais aussi les jeux vidéo, la violence, la luxure etc. peuvent tous procurer des plaisirs qui peuvent dériver vers des excès qui apportent leurs lots de désagréments.
    Voici un plaisir non-immédiat par définition : réussir sa vie (atteindre l’idéal élevé qu’on s’est fixé). Cela demande une attitude constructive, certains sacrifices parfois, mais quand on a atteint son objectif, la satisfaction est immense. Elle dépasse n’importe quel plaisir immédiat. Et pourtant ce n’est pas excessif.
  • Plus un plaisir est égoïste, plus il risque de devenir excessif. S’il est partagé, le plaisir alimentaire devient l’accessoire d’un plaisir plus grand et moins terre-à-terre : celui d’être avec ses amis autour d’une table. Saviez-vous que les crises de boulimie se produisent quand la personne qui en souffre est seule ?
  • Plus un plaisir devient une fin en soi, plus il risque de devenir excessif. « Il ne faut pas vivre pour manger, il faut manger pour vivre ». Tout est dit dans cette phrase. Si la nourriture est autre chose que le carburant nécessaire pour vivre, il ne faut pas s’étonner de faire des excès de temps en temps…
  • Plus un plaisir est exclusif, plus il risque de devenir excessif. On rejoint l’idée de l’équilibre. La vie est faite d’une foule de petits plaisirs simples, faciles et inoffensifs. Si un de ces plaisirs prend une dimension démesurée par rapport aux autres (les plaisirs de la table, par exemple), vous savez que vous tombez dans l’excès.

Notez qu’une manière simple de ne pas se focaliser sur le plaisir alimentaire, c’est d’avoir d’autres plaisirs non-immédiats, tourné vers les autres et désintéressés. Oubliez la nourriture ! Mangez pour vivre, sans plus. Et projetez votre attention vers des plaisirs moins terre-à-terre.

Qu’en pensez-vous ? Vous me direz : « Oui, mais c’est exigeant ! ». Oui, si on veut. C’est une philosophie de vie. Vous pouvez décider de l’adopter ou de ne pas l’adopter.

Mais remarquez tout de même que je vous propose de vous débarrasser de vos problèmes de poids en vous créant de nouveaux plaisirs. C’est assez sympathique comme perspective 😉

Que pensez-vous de ce « plan d’attaque » ? Mettez vos commentaires ci-dessous !

Les 5 articles les plus lus :

>> Manger le soir fait grossir : info ou intox ?

>> La fausse vérité des Yaourts 0% de matière grasse

>> Comment éliminer naturellement les hormones responsables de votre poids ?

>> Comment perdre votre goût pour les aliments sucrés

>> Les 9 conseils pour perdre du poids en réduisant la rétention d'eau

A propos de l'auteur Didier Henry

De formation "juridico-économique", j'ai grandi dans une famille de médecins et je suis aujourd'hui graphiste. Un parcours santé inhabituel m'a donné l'idée de créer ce blog.Mon "credo" : c'est en apprenant et en comprenant comment fonctionne son corps qu'on parvient à maîtriser ses éventuelles insuffisances. Et c'est en appliquant ce qu'on a appris qu'on se libère de "nos petits malheurs" ;-)

Suivez-moi sur:

Laissez un commentaire ! :

13 commentaires
Le Plaisir … dit

[…] Lire l’article complet : http://www.blog-perdre-du-poids.com/rapidement/comment-perdre-du-poids-avec-plaisir/ […]

Répondre
Danièle dit

Effectivement Didier je trouve très sympathique de remplacer un plaisir par une multitude d’autres plaisirs.
Le plaisir de la table lorsqu’il est partagé avec des personnes que l’on aime ne se limite pas à ce seul plaisir.
On a le plaisir d’être avec ceux que l’on aime, de partager des idées, des expériences, des anecdotes, etc…
C’est l’harmonie des corps et des esprits. Ce qu’il y a dans l’assiette est moins important que cet échange d’amour.

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Danièle,

    Tu as dit le bon mot : l’harmonie !

    L’harmonie suppose un juste équilibre entre les joies, les peines, le fait de donner, le fait de recevoir, le plaisir et le déplaisir… Sans harmonie, on ouvre toute grande la porte aux excès.

    Bien vu ! 😉

    Répondre
Bernadette GILBERT dit

Tu mets le doigt sur l’essentiel avec brio dans ton article, Didier ! Manger est un plaisir, mais le plaisir ne peut se résumer à manger… Tout un défi en matière d’amaigrissement, mais tellement réussi quand on découvre d’autres plaisirs !!! Bravo pour ton article…

Répondre
    Didier Henry dit

    Chère Bernadette,

    Merci pour tes commentaires toujours positifs et débordants de spontanéité. C’est un plaisir de lire tes interventions sur ce blog 😉 !

    A bientôt !

    Répondre
Philippe dit

Très intéressant Didier comme toujours ton article, avec une dimension humaine !
Tu as raison de dire que c’est l’excès qui peut être néfaste, et un bon moyen de s’en préserver comme tu le suggères, c’est de ne pas rester centré sur son nombril, sinon d’inclure l’autre, les autres (altruisme), accepter que tout ne s’obtient pas immédiatement, la patience aussi !
Cordialement !
@ +

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Philippe,

    Merci pour ce premier commentaire très positif 🙂

    Oui, la patience… La mère des vertus dit-on. C’est vrai que si on la pratique intelligemment, il n’y a aucune raison de tomber dans des excès de gourmandise. Il y a de quoi méditer là-dessus…

    En tout cas, tu reformules mon article de manière telle qu’on peut rebondir sur d’autres réflexions qui peuvent nous mener loin 😉 !

    A bientôt

    Répondre
Sylviane dit

Tu touches là Didier à l’essentiel du problème de la gourmandise ou à tous ces plaisirs éphémères nourriture, boissons ou drogues.

Pour moi qui étais (et suis encore parfois) une compulsive je ne crois pas que manger était un plaisir plaisir mais peut-être qu’inconsciemment manger me ramenait au temps de mon enfance près de ma mère qui était une excellente cuisinière. Quand nous partagions ces moments de complicité autour des bons plats qu’elle nous préparait. Ma psychanalyse n’a pas abordé ce problème mais en lisant ton article sur le plaisir cela a surgi.

J’ai bien enregistré « plus un plaisir est immédiat plus il risque de devenir excessif ». Oui, cela incite à la réflexion

A bientôt Didier et merci pour cet article

Répondre
    Didier Henry dit

    Bonjour Sylviane,

    Content d’avoir pu te ramener indirectement vers de bons moments de ton enfance 🙂

    A propos de la petite phrase que tu as bien enregistrée, cela me fait penser à un aspect très clair de la psychologie animale, que j’ai pu observer à maintes reprises : plus une récompense (= un plaisir) est donnée rapidement après une action, plus ce plaisir sera associé à cette action.

    Je suis désolé de le dire aussi crument, mais les hommes ressemblent parfois beaucoup aux animaux. S’ils peuvent répéter facilement une action qui leur donnera du plaisir, ils risquent de tomber dans l’excès…

    Voilà peut-être de quoi alimenter ta réflexion 😉

    A bientôt

    Répondre
Faten Gadria dit

C’est très intéressant. Merci Didier 🙂

Répondre
    Didier Henry dit

    Merci pour ton appréciation positive. J’espère pouvoir te donner d’autres informations intéressantes dans la suite des articles ! 😉

    Répondre
Sophie dit

C’est une idée intéressante. Vivre la perte de poids comme une véritable torture est la meilleure manière d’échouer, donc autant y allier le plaisir !

Répondre
Ajoutez votre réponse